Séries de problèmes commentées – préprojet (1)

Ce billet est le premier d’une série de deux décrivant un projet d’édition de textes commentés lié au projet “séries de problèmes”, l’édition étant elle-même conçu sur un modèle collaboratif appuyé sur un espace numérique adapté à ce type d’entreprise éditoriale. Le second billet [x] peut se lire indépendamment de celui-ci et propose un premier schéma pour un projet actualisé, c’est-à-dire adapté aux conclusions de la discussion de juin dernier.

Ces billets appellent réaction de la part des collègues potentiellement concernés et/ou intéressés: cet échange préliminaire est destiné à préparer un projet plus détaillé et mieux assis scientifiquement et techniquement, appuyé sur les avis et conseils de collègues compétents1 . Le projet doit revu et finalisé dans les semaines qui viennent, donnera lieu à une demande auprès d’HASTEC2 et de plusieurs laboratoires associés.

Ce projet reprend des réflexions déjà initiées en 2012 mais qui n’avaient pu alors aboutir à un projet financé, faute de disponibilité des responsables principaux3. Dans les circonstances présentes l’idée a repris une actualité possible pour permettre au projet “séries de problèmes” d’évoluer vers une forme pérenne [voir le CR de la réunion du 17 juin 2014, 2ème partie].

Ce premier billet reprend et résume donc les éléments du dossier de 2012, puis récapitule les raisons pour lesquelles ce projet initial doit aujourd’hui évoluer. Il intéressera donc surtout les collègues et étudiants qui ont impliqués dans cette préparation, ou les lecteurs du second billet qui voudraient connaître l’histoire ‘profond’ de ce projet. On pourra y lire:

  1. un historique du projet de 2012 ;
  2. un rappel de sa structuration prévue ;
  3. un résumé des évolutions ultérieures, entre 2012 et 2014.

1. Historique du premier projet de 2012.

A l’époque, qui était celle du commencement du projet “séries de problèmes”, notamment de la formation qui lui a été associée dès 2012, l’idée était d’associer l’effort de recherche collective autour des séries de problèmes à des lectures choisies qui débouche d’une part sur un recueil d’extraits de textes commentés (sur le modèle classique et bien établi d’un “sourcebook”), d’autre part sur l’explicitation de “l’exploitation pédagogique” qui pouvait être faite, à différents niveaux scolaires ou universitaires, de ces textes. C’est ce second aspect qui était susceptible de faire un lien avec un effort de mise à disposition des textes et de médiation par rapport au monde de l’enseignement.

Le projet d’alors a été décrit dans un autre billet [x] et posait, en résumé, plusieurs principes cardinaux:

  • suivre une forme innovant légèrement sur un format classique: celui d’un recueil de textes choisis et commentés au niveau historique et épistémologique (modèle du “sourcebook”). L’innovation tenait à une partie “pédagogique”, c’est-à-dire relative à l’exploitation, ou en général l’intérêt, de ces textes pour l’enseignement. Ce modèle a déjà été étudié et expérimenté sur une précédente publication, intitulée Le sens des nombres” [présentation et article compagnon].
  • construire un espace numérique associé, adapté au travail éditorial continu menant à une ou plusieurs publications. Le “cahier des charges” esquissé pour cet espace intitulé “incubateur éditorial” comprenait:
    • de permettre non seulement de faire circuler les textes et leurs commentaires, avant édition définitive, entre les participants du projet;
    • de faire évoluer les commentaires et les problématiques sous-jacentes, en fonction de cette collaboration;
    • d’être compatible avec des projets numériques d’édition scientifique (côté recherche), et avec les outils collaboratifs usuels (côté enseignement et valorisation).
  • assurer la lisibilité du projet et à organiser le travail collectif, à savoir une répartition des rôles spécifiant les niveaux de responsabilités sur la publication ou l’exploitation de chaque partie. La définition de ces rôles est étroitement liée à l’expertise (éventuellement évolutive) des participants, et doit permettre à des étudiants et à des professionnels en formation de faire évoluer et de diversifier leur expertise.

Ce projet a fait l’objet d’une discussion avec les co-éditeurs et collaborateurs pressentis (qui correspondent en gros à une large partie des membres du groupe) sur la base d’un texte de proposition qui précisait quant à lui le contenu possible de la problématique, du point de vue de l’intérêt historique scientifique de l’objet “séries de problèmes” (défini en gros par l’argumentaire scientifique du projet lui-même) et surtout l’intérêt de l’objet pour des enseignements universitaires ou scolaires d’histoire, d’histoire des sciences ou pour les disciplines scolaires (notamment histoire, lettres, mathématiques). Ce texte est disponible pour mémoire ici: 12_10_04_ARGUMENTAIRE LIVRE SERIES DE PB v2

2. Rappel de la structuration prévue pour le projet de 2012.

Après discussion, le projet d’alors a finalement donné lieu à une demande plus formalisée qu’il était prévu de soumettre à HASTEC et à d’autres partenaires. Là encore, l’argumentaire scientifique de ce projet est téléchargeable ici [12_10_15_BOUQUIN DEMANDE HASTEC court] et nous n’en reproduisons ici que le passage qui spécifie les différentes parties alors prévues, et leurs responsables:

  • Séries de problèmes et cultures de commerce, d’administration et de comptabilité  (Grégory Chambon)
  • Séries de problèmes et cultures de mesure : arpentage, pratiques de la mesure, géométrie des figures (Marc Moyon, Bernard Vitrac)
  • Les séries de problèmes dans les cultures et techniques de la parole (Aurélien Berra)
  • Les séries de problèmes mathématiques dans la culture hongroise du 20ème siècle (Katalin Gosztonyi)

Une autre partie, sur le rapport entre séries de problèmes et encyclopédies, était envisagée avec Iolanda Ventura comme responsable.

3. Facteurs d’évolution.

3a. Réflexions sur l’édition de recueils de textes à destination d’enseignants.

Entre 2012 et ce jour, le monde de l’édition a évolué et continue à le faire, en rapport avec les nouvelles formes d’édition et de pratique de lectures. Au sein du séminaire “sciences et techniques en interférences”, une séance a permis de poser les bases d’une réflexion comparatiste autour des projets semblables d’éditions de textes commentés à destination d’enseignants. [annoncesynthèse]. La synthèse4 a permis notamment de dégager différents critères permettant d’évaluer ce type de projet et donc de repérer les “points clés” à observer, notamment:

  • le mode de lecture et d’exploitation attendu  de ces ouvrages
  • la conception du travail des enseignants sur leurs propres ressources sous-jacente aux divers modes d’édition envisagés
  • le type de collaboration qui sous-tend à chaque fois les projets éditoriaux

Concernant le premier point et s’agissant de textes historiques, la synthèse met en valeur la dimension historique de la question: dans quelle mesure la question historique du choix des supports d’écriture ou d’édition, ou celui du lectorat, est-il pris en compte dans le commentaire et le choix des textes, ainsi que dans la réflexion sur l’usage “pédagogique” qui peut en être fait aujourd’hui.

3b. Réflexions sur le rapport entre recherche et formation sur les séries de problèmes.

Plus récemment, une série de présentations a permis de revenir sur la structure globale de la formation associée aux “séries de problèmes” depuis 2012. Faute d’être pour l’instant associée à un projet éditorial qui permettrait de ‘stabiliser’ la production et l’usage des textes choisis pour la formation, les réflexions sur les modalités de formation a quand même permis de définir les conditions optimales pour présenter la problématique du projet, faire un choix pertinent de textes, organiser la discussion collective autour de ces derniers – de telle sorte que cette discussion ait à la fois rapport aux textes, et à l’activité professionnelle des participants.

Lors d’une séance du 10 avril dernier, une 1ère réflexion sur le lien entre recherche sur des textes et réflexion professionnelle a permis d’interroger comment les deux types de réflexions pouvaient se croiser dans le même espace et est résumée dans une carte mentale [x]5. Les premiers points proposent une présentation globale de l’ensemble constitué par un projet de recherche,6 la formation associée, et la publication associée (celle de 2014). Quant aux deux derniers points7 , ils permettent de cerner au mieux la conception de la formation, c’est-à-dire les aspects qui en font une activité mixte à mi-chemin entre recherche et formation puis de proposer de premières idées pour approfondir cet aspect ‘incubatoire’ (voir la bulle “enrichir la formation par un groupe de travail” de la carte) par la constitution d’un collectif associé, dont les membres soient engagés dans une participation active et productive. La mise en place et la définition du “fonctionnement” collectif de ce type de groupe, qui sera expérimenté dès la rentrée 2014 [annonce et descriptif], constitue donc une partie cruciale de la réflexion sur le type de collaboration et de co-élaboration de ressources attendue, autour des “séries de problèmes”.

Une forme un peu simplifié de l’ensemble de cette réflexion a été présentée par l’auteur de ce billet (A. Bernard) et Katalin Gosztonyi en juillet dernier lors d’une université d’été à Cophenhague. La nouvelle carte mentale, en anglais cette fois, qui a servi de base à la présentation [x], propose une nouvelle structuration du projet dans son ensemble, de telle sorte que le projet éditorial avec ses deux types de commentaires, soit placé au centre, et en “satellites” différents groupes de réflexions, réflexions fondamentales d’un côté (travaux de recherche, publication, séminaires.. ) et groupes de “lecteurs” de l’autre, sur le modèle étudié en avril et expérimenté cette année.8

3c. Collaborations émergentes avec des laboratoires et institutions partenaires.

Un dernier développement, enfin, est susceptible d’avoir une influence intéressante sur le développement du nouveau projet: des collègues du CNAM, Michel Letté et Loïc Petitgirard, travaillent sur un projet éditorial associé à des recherches d’un côté, et une formation de l’autre, qui présente de fortes similitudes avec le nôtre. Il est question de proposer une journée d’étude pour comparer les projets [1er billet préparatoire], en y associant l’UBO et les réflexions issus de la mise en place d’un master “Histoire des sciences et des techniques, TIC et Médiations culturelles”, sous la responsabilité de G. Chambon [x].

Une des influences est un déplacement de la question de la “pédagogie” ou de “l’enseignement”, déjà constaté lors de la rédaction de la brochure “le sens des nombres” qui sert ici de modèle initial. En effet, la définition d’une catégorie de “commentaires pédagogiques” sur les textes qu’il s’agit de recueillir, est probablement trop étroite pour englober les problématiques plus générales liées à la réappropriation, par les lecteurs, des objets qui leur seront proposés, en l’occurrence des extraits de séries de problèmes. De quel type de lecture s’agit-il ici de témoigner, et pourquoi? Quel effet est-il attendu sur le lecteur potentiel? Et s’il s’agit de lectures d’enseignants, qu’est-ce qui motive ces lectures? Ces questions demandent à être encore approfondies.

3d. Développement ultérieurs: les leçons de la publication prévues en 2014.

Un des facteurs d’évolution du projet est la première publication du projet, prévue pour fin 2014 ou début 2015, et qui est en cours de finalisation [descriptif et page dédiée]. Cette publication est conçue comme un enrichissement de la problématique initiale, qui n’a pas jusqu’ici été réinitialisée depuis sa version initiale de 2011-12 [x et à propos].

Chaque contributeur volontaire du projet propose un résumé d’une dizaine de pages de son objet de recherche, de la problématique qu’il y associe et enfin du lien entre ces dernières et la problématique du projet collectif “séries de problèmes”. La consigne, autrement dit, est que chacun explique en quoi cette thématique générale intéresse sa recherche.

La limite de cet exercice est qu’il n’est ni possible ni prévu d’illustrer les contributions par de longues citations des textes évoqués, sauf exception. Il s’agit de textes de synthèses, les développements et citations étant renvoyées à d’autres ouvrages ou articles. Un pas supplémentaire consiste donc à garder cette structure arborescente, qui part d’une problématique générale qui est “déclinée” par des exemples fournis par des contributions particulières, pour y ajouter des extraits de textes. Autrement dit, le projet d’un recueil de textes commentés rentre en continuité logique avec cette première publication.

  1. responsables d’ateliers numériques au niveau des laboratoires (Centre Koyré, LAMOP, AHNIMA, HT2S notamment) ou du labex HASTEC lui-même []
  2. les demandes pour des opérations HASTEC en 2015 doivent être finalisées pour le 6 octobre prochain []
  3. A. Bernard, G. Chambon []
  4. elle reste incomplète néanmoins car elle n’a pas permis de mettre en oeuvre concrètement la comparaison proposée sur les différents exemples proposés []
  5. Le mode “présentation” (slideshow) permet de suivre la structure de la réflexion []
  6. bulles de droite dans la carte, trois premiers transparents en mode présentation []
  7. bulles de gauche dans la carte []
  8. Cette présentation doit faire l’objet d’une publication en anglais, dans les actes du colloque []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.