Linguistique et modélisation : rencontre autour de recueils de problèmes

Linguistique et modélisation : rencontre autour de recueils de problèmes
Journée d’étude dans le cadre du projet « Séries de problèmes, un genre au carrefour des cultures »
Centre A. Koyré, 4e étage, 16 mai 2014, 14-17h.Cette salle ayant un nombre de places limité, nous vous remercions de prévenir de votre venue par un message à alain.bernard[at]u-pec.fr

Intervenants : Alain Bernard (Université Paris Est – ESPE et Centre Koyré), Stéphane Lamassé (Université Paris 1 et EA 127 « Modernités et révolutions »)
Modérateur : Aurélien Berra (Université Paris-Ouest et EHESS)
Discutant: Marc Moyon (Université de Limoges, FRED – EA 6311 et membre associé au Centre Koyré)

Argumentaire : Parmi les séries de problèmes qui nous intéressent globalement dans le projet du même nom, il en est qui ont un principe d’ordonnancement incertain, car il n’est pas facile de décider si l’ordre qu’on y devine est un effet d’auteur ou d’une tradition attestée, ou bien un effet de la modernisation due aux principes d’interprétation ou d’édition des historiens. D’autres ont à coup sûr un principe d’ordonnancement intentionnel, attesté par exemple par une préface explicite. Une troisième catégorie, mixte entre les deux premières, mélange des séries similaires, ayant un principe d’ordonnancement parfois explicite, parfois implicite. Pour cette journée du 16 mai, nous nous intéresserons plutôt aux second et troisième types de séries : les secondes seront représentées par les Arithmétiques de Diophante, un texte mathématique ancien qui se trouve être longuement préfacé (A. Bernard) ; les troisièmes, par un corpus d’arithmétiques en langues vernaculaires ayant de fortes similarités, mais dont les unes ont des préfaces explicites, les autres non (S. Lamassé).

Les trois types, rappelons-le, posent à l’évidence une question commune : comment identifier les « problèmes », leurs « énoncés » et leurs « réponses », et quels sont les termes légitimes pour désigner ou du moins reconnaître ces entités ? À quels marqueurs les reconnaît-on ou décide-t-on de les reconnaître ? Quant aux second et troisième types, une nouvelle question est de déceler comment, à quel niveau cet ordonnancement se traduit dans la séquence des problèmes. Une troisième question, cousine de la seconde, est de savoir si et comment on peut rapporter ces critères de « déchiffrement » de la sérialité à des principes explicites ou des effets de tradition.

Parmi les moyens de s’attaquer aux deux premières questions – souvent difficiles – signalées plus haut, il est tentant de recourir à des analyses linguistiques de la langue technique présente dans ces textes. Ces analyses permettent en effet d’étudier les textes à plusieurs niveaux : étude de la forme, des lemmes ou de la syntaxe typiques des séries de problèmes, mais aussi identification de patterns, de récurrences. En outre ces analyses sont aujourd’hui facilitées par les outils numériques, ou plus exactement par la démarche intellectuelle qui accompagne leur mise en œuvre. Pour reprendre le point de vue défendu par Willard McCarty dans sa synthèse classique Humanities Computing (2005), on peut légitimement identifier cette démarche comme une forme de modélisation.

McCarty signalait précisément que de telles modélisations ont un intérêt moins par les résultats qu’elles donnent à voir que par la démarche elle-même et les limites qu’elles rencontrent, voire qu’elles mettent en évidence. C’est cette idée que nous aimerions éprouver en mettant en regard deux tentatives de modélisation des textes proposés, et ce qu’elles nous montrent. Nous explorerons quelques cas illustrant la difficulté d’approcher certains aspects des séries de problèmes mathématiques : l’identification de la nature et de la fonction des nombres impliqués ; la logique subtile des variations par reformulation ou paraphrase, souvent très significatives ; le rôle de certains éléments échappant facilement à l’analyse linguistique, comme les éléments de structuration graphique.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.