Groupe de travail « Séries de problèmes et problématisation »

Voir le dossier scientifique du projet « Les séries de problèmes comme carrefours de cultures », dans lequel s’inscrit cette opération financée par HASTEC en janvier 2012.

Argumentaire scientifique de l’opération co-financée en  janvier 2012 par le labex HASTEC et le centre Koyré, pour l’orgnisation d’un groupe de travail en prévision d’un colloque futur sur le thème de la problématisation.

Consulter le programme scientifique par date : 21 mai | mi-juin | mi-sept | début nov

Responsables : Aurélien Berra, Alain Bernard, Stéphane Lamassé

  1. Thématique générale du groupe de travail, et perspectives scientifiques.

 Le thème de ce groupe de travail peut être vu de deux façons :

1.1/ dans l’esprit de l’axe 4 du Labex ‘Techniques intellectuelles et spirituelles’ (argumentaire), il s’agit pour nous de contribuer à une réflexion plus générale, dont l’idée a émergé dans les discussions de septembre 2011 et à laquelle nous comptons participer, sur une technique intellectuelle particulière : problématiser. Lors de nos réunions préparatoires, nous avons déjà proposé un premier argumentaire de ce travail plus général, qui devra ultérieurement être rediscuté avec les partenaires intéressés, en vue de mettre sur pied une rencontre plus importante (journée d’étude ou colloque) dans une phase ultérieure de la programmation du Labex HASTEC :

Problématiser. Une technique intellectuelle

 La notion de problème, inscrite dans le langage le plus courant et notamment dans les méthodes d’éducation dont chacun a une expérience personnelle, semble également un socle commun des démarches de connaissance. À travers le concept de « résolution de problèmes », elle paraît se trouver au fondement d’un paradigme épistémologique efficace, diffusé par les sciences cognitives, central dans l’ensemble des sciences mathématisées et fécond jusque dans les paradigmes indiciaires et herméneutiques des sciences humaines. Y a-t-il cependant un élément commun à des problèmes logiques, mathématiques, sociologiques, philosophiques, moraux ou textuels ? Si l’on considère le problème comme une anomalie au sein d’un fonctionnement – anomalie de nature (elle est atypique) ou de degré (elle est inhabituelle) –, il est évident que la résolution s’apparente à une question appelant une réponse et exige la construction d’un savoir. C’est pourquoi le problème a parfois été tenu pour le moteur même de la recherche scientifique, puisqu’il suscite l’hypothèse et la formation d’un consensus, en même temps qu’il relance sans cesse la réflexion et l’enquête, au delà des évidences sensibles et du sens commun disciplinaire. En cela, il fonde une conception dynamique de la pensée, solidaire d’une approche historique, sociale, culturelle et pragmatique du savoir. Un verbe condense cette alliance de l’épistémologie et de la pratique : problématiser.

L’enquête que nous proposons a pour objectif d’étudier le problème non pas simplement comme un état de fait suscitant la réflexion, mais comme le produit d’une activité réflexive située. Il s’agit donc, dans l’esprit de l’axe 4 du Labex HASTEC, de définir les contours d’une technique intellectuelle fondamentale dans de nombreuses pratiques de savoir, mais bien souvent occultée. En effet, l’explicitation et la mise en forme des matériaux, c’est-à-dire les façons de poser un problème, sont profondément historiques et réglées par des genres discursifs. Une conception réaliste du travail de la pensée doit rendre compte à la fois de la préparation au traitement des données et du rôle de modalités comme l’exercice, l’effort, la difficulté, la compétition ou la collaboration dans le développement de la compétence qu’est la capacité de problématisation.*

Les études de cas présentées lors de cette journée d’étude auront pour tâche de préciser ce questionnement général. Voici quelques exemples :

    • quand passe-t-on des « problèmes » à la « problématisation » ? dans d’autres environnements culturels, quels ont été et quels sont les équivalents et les traductions de cette racine gréco-latine ? (l’histoire ou les histoires du terme)
    • relations des catégories de l’énigme et du problème en Grèce ancienne à partir des collections conservées (Aurélien Berra)
    • relations entre la catégorie rhétorique du « problème » et le sens que prend la notion dans un contexte mathématiques (Alain Bernard, Giovanna Cifoletti)
    • (…)1

 Les grandes lignes de ce projet dont la portée dépasse nettement celle du présent projet, et qui dépend de l’axe 4, seront présentées ultérieurement.

 L’enjeu de notre contribution particulière à ce travail collectif, sera donc d’examiner sous quelles conditions certaines séries de problèmes peuvent être comprises comme la mise en œuvre d’un ‘problématiser’ : laquelle à chaque fois, et sous quelles conditions. A la Renaissance, par exemple, la structuration de certains traités en séries de problèmes ‘paradigmatiques’, c’est-à-dire leur ‘mise en art’, est utilisé aussi bien dans la codification de la pratique des artisans, que dans la pratique scientifique. Cette façon de ‘mettre en problème’ renvoie à son tour, à cette époque, à la prégnance du modèle aristotélicien des Topiques.

1.2/ dans l’esprit d’une collaboration entre les axes 4 et 6 du labex HASTEC, (argumentaires: axe 4, axe 6)  l’enjeu de certaines séances de ce groupe de travail est de confronter la question générale de la problématisation à la question plus spécifique de ce qui mérite ou non, suivant le contexte, d’être qualifié ou caractériser comme une problématisation scientifique. De ce point de vue, les séances qui seront en partie consacrée à des séries de problèmes catégorisées comme mathématiques ou plus généralement scientifiques, comme les Arithmétiques de Diophante par exemple, ou encore les séries de problèmes médiévales qui étaient susceptibles d’un traitement algébrique, seront un ‘point de friction’ parfait pour éprouver dans quelle mesure la technique du ‘problématiser’ qui leur est sous-jacente, doit être ou non caractérisée comme ‘scientifique’, ‘mathématique’, etc. Inversement, le fait même que, dans certains cas, la problématisation doive être comprise dans un champ plus vaste, comme celui de la rhétorique, nous conduira à nous interroger sur la constitution de ‘cultures de sciences’ par une sorte de réappropriation de catégories culturelles générales dans un champ plus restreint.

1.3/ Enfin du point de vue de la ‘mise en marche’ du projet « Les séries de problèmes comme carrefours des cultures » [], cette réflexion doit être l’occasion pour nous de nous rencontrer et de mettre en commun les questions sous-jacentes à nos différents travaux, ceux-là mêmes qui nous ont conduit à énoncer une problématique qui nous soit commune. De ce point de vue, il s’agit donc :

  • d’asseoir notre projet en nous constituant en groupe de travail

  • de commencer à fédérer le réseau national et européen que nous voulons constituer autour de cette problématique, en invitant notamment Grégory Chambon (UBO), Marc Moyon (Univ. de Limoges) et Jean Christianidis (Univ. d’Athènes, associé au centre Koyré) à participer à nos ateliers.

  • de faire connaître notre projet auprès de collègues dans et hors périmètre Labex.

  1. Programmation scientifique. (consulter le programme détaillé et éventuellement le compte rendu des séances dans les billets afférents)

 Le fonctionnement qui nous a paru le plus simple et le meilleur, dans cette phase préliminaire, était d’organiser, à partir de mai 2012 et jusqu’à Novembre, une série de petites ateliers organisés à chaque fois autour d’une thématique précise. Pour certaines de ces rencontres, et comme il a été indiqué, nous inviter certains collègues français et étrangers qui doivent entrer dans la constitution d’un réseau national et international (notamment européen) sur la thématique du projet général (cf. projet scientifique général, §4a).

Nous prévoyons quatre thématiques pour nos rencontres, dont voici la liste. Nous précisons à chaque fois les collègues que nous souhaiterions associer à la réflexion à chaque fois. Le format va d’une demi-journée ou une journée de travail suivant le cas. Un de nos critères de sélection a été la diversité des contextes culturels et historiques concernés, ainsi que la possibilité à chaque fois d’approfondir notre problématique.

1/ 21 mai 2012 Sur la comparaison entre la structure des Arithmétiques de Diophante et celles des progymnasmata anciens, donc en lien à la pratique rhétorique ancienne, à partir du travail collaboratif entre A. Bernard et Jean Christianidis (université d’Athènes) sur ce sujet.

  • Invitations : J. Christianidis (Univ. d’Athènes) ; P. Chiron (UPEC), F. Woerther (Centre J. Pépin), Grégory Chambon (UBO)
  • Délivrable : cette séance est liée à la finalisation d’un article cosigné par A. Bernard et J. Christianidis sur la comparaison entre les Arithmétiques de D. et les progymasmata d’Aelius Théon, publication prévue dans une revue internationale d’histoire des sciences.
  •  Modalités : une demi-journée de travail, sur la base d’un dossier de texte et de la lecture d’une version préliminaire de l’article

2/ Dans la semaine du 11 au 18 juin sur les séries médiévales de problèmes (contexte arabe, latin et vernaculaire) en rapport avec la pratique l’algèbre comme méthode de résolution de problèmes. Séance coordonnée par G. Cifoletti (CAK)

  • Invitations : J. Oaks (Univ. of Indianapolis), J. Christianidis (Univ. d’Athènes), Marc Moyon (Univ. de Limoges), Grégory Chambon (UBO).

3/ Dans la semaine du 10 au 14 sept sur les enigmata antiques et médiévales, , séance organisée par Aurélien Berra et Stéphane Lamassé et en collaboration avec F. Aceto (doctorante, GAHOM)

  • Invitation : F. Aceto (GAHOM), G. Chambon (UBO, Brest), Marc Moyon (UNILIM, Limoges)

4/ Première semaine de novembre : sur le développement d’une méthode heuristique de problèmes mathématiques, en Hongrie entre les deux guerres, séance organisée par Alain Bernard

  • Invitation : Katalyn Gosztonyi (doctorante à l’univ. de Sezed, Hongrie), A. Kuzniak (Univ Paris 7), Renaud d’Enfert (IFE, SHE), éventuellement Tom Archibald (Simon Fraser Univ., Canada)

 

  1. Cette liste très provisoire de question sera à compléter ultérieurement pour constituer un premier inventaire de questions à la fois pertinentes et variées (de nature à intéresser les lecteurs d’un appel à communication). C’est l’objet d’un travail ultérieur que de préciser cette problématique générale. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.