Problèmes et énigmes au carrefour des cultures (formation)

Le labex HASTEC, l’IREM de l’université Paris 7 (en collaboration avec les rectorats des académies de Créteil et Versailles) et l’IUFM de l’université Paris Est Créteil (UPEC, IUFM) organisent une formation de trois jours d’initiation à  la thématique du projet scientifique « les séries de problèmes, un genre au carrefour des cultures » [], les  lundi 5, mardi 6 novembre 2012, et mercredi 9 janvier 2013.

Ce stage est destiné d’une part aux étudiants en sciences humaines dans les  formations en sciences humaines (master ou doctorat) liées au  labex HASTEC, d’autre part à des enseignants en poste des académies de Créteil et Versailles dans le cadre de leur formation continue (annonces: Créteil, Versailles).

Les étudiants intéressés par la formation doivent simplement contacter son coordinateur, Alain Bernard. Contact: alain.bernard[at]u-pec.fr ou 01.45.65.42.53 (bureau).

Cette page contient: le programme de la formation, ses objectifs principaux et ses modalités. Les détails logistiques (lieu, horaires) sont indiquées dans le programme. Le projet initial de formation est consultable ici et contient davantage de détails sur les enjeux du stage.

1. Programme de la formation

Lieu: IREM de Paris 7, 179 rue du Chevaleret, 75013 Paris (accès), salle 1C18

J1/  Lundi 5 nov 2012.

  • Matin (9h30-12h30), Alain Bernard (UPEC- IUFM, Centre A. Koyré et HASTEC) et Katalin Gosztonyi (Univ. de Szeged, Hongrie, doctorante LDAR en cotutelle): introduction générale et tour de table, explication de la structure du stage, du projet de recherche sous-jacent, et des prolongements possibles pour les participant(e)s.
  • Après-midi (13h30-16h30), Bernard Vitrac (CNRS, ANHIMA et HASTEC): séries de problèmes extraites du corpus métrologique grec héronien et pseudo-héronien.

J2/ Mardi 6 nov 2012.

  • Matin (9h30-12h30), Iolanda Ventura (Univ. d’Orléans, IRHT et HASTEC) et Giovanna Cifoletti (EHESS, Centre A. Koyré et HASTEC), les séries de problèmes à la Renaissance.
  • Après-midi (13h30-16h30), Katalin Gosztonyi (Univ. de Szeged), quelques textes  hongrois du 20ème siècle sur les mathématiques et leur enseignement, regardés comme des séries de problèmes.

J3/ Merc 9 jan

  • Matin (9h30-12h30), Grégory Chambon (UBO, Centre F. Viète et POCLAC, HASTEC), séries de problèmes en Mésopotamie ancienne.
  • Après-midi (13h30-16h30), Stéphane Lamassé (Univ. Paris I, EA 127) et Francesca Aceto (doctorante, GAHOM) Séries d’énigmes et de problèmes médiévaux.

2. Principaux objectifs de la formation

Le principe général de la formation est d’assumer le caractère nécessairement interdisciplinaire de l’approche des séries de problèmes. Si certaines d’entre elles ont un contenu aujourd’hui reconnu comme étant ‘mathématique’, leur cohérence s’inscrit historiquement dans d’autres contextes intellectuels, techniques ou pratiques, allant de la pratique du droit à celle de la rhétorique en passant par les pratiques d’arpentage, administratives ou marchandes. Par conséquent nous visons un public d’étudiants ou d’enseignants de formations et d’horizons disciplinaires différents.

  • Pour les enseignants : en général, la formation vise ici à leur connaître le monde de la recherche et les inciter à poursuivre cette première expérience par une formation, qu’elle soit didactique, historique et épistémologique. Cette formation pourra se poursuivre au sein d’HASTEC. Plus spécifiquement, les stagiaires volontaires pourront participer à un projet d’éditions de textes commentés, où ils pourront faire valoir leurs réflexions et pratiques pédagogiques autour des textes discutés en stage.
  • Pour les étudiants de master et doctorat : l’enjeu est essentiellement de leur faire découvrir les problématiques indiquées notamment dans les axes 4 (techniques intellectuelles et spirituelles) et 6 (culture de science et technologies des savoirs) du labex HASTEC et bien sûr celle du projet lui-même []. Pour les étudiants de master, ils pourront y trouver des sujets de mémoire intéressants.

NB: les deux catégories ci-dessus ne sont bien sûr pas incompatibles; au contraire, nous souhaitons inciter les collègues volontaires à poursuivre ce stage par une formation plus approfondie, dans le cadre d’un diplôme.

3. Modalités de formation

  • Une séance introductive expliquera les attendus et l’organisation du stage, le rapport aux programmes scolaires actuels ainsi qu’au projets scientifiques sous-jacents, et permettant enfin aux stagiaires de confronter ces objectifs à leurs propres attendus
  • Chacune des autres séances s’appuie sur la lecture et présentation d’un dossier de textes, de telle sorte que les participants soient sensibilités aux questions de recherche sous-jacentes.
  • Un large temps de discussion doit permettre aux participants de s’approprier le matériel et orienter le débat dans une direction convenable (y compris en direction de questions d’enseignement, pour les enseignants).
  • Chaque séance porte sur un thème et une période précise (voir programme ci-dessus).

2 réflexions sur « Problèmes et énigmes au carrefour des cultures (formation) »

  1. Bonjour,
    Comme de nombreux collègues je pense, j’ai apprécié ce stage (il reste un jour).
    J’aimerais ,dans le cadre de mon master parcours enseignant ,
    écrire d’abord avec mes collègues , un petit texte sur ce stage,
    puis choisir d’écrire un texte plus long sur les mathématiques hongroises ( 4ème demi-journée)du point de vue des réflexions sur leur enseignement (R. Péter, G.Polya).
    Je pense que le style de Péter et le style de Grothendieck sont deux approches complémentaires de la compréhension des phénomènes mathématiques .
    Par exemple,sur un plan ,Péter nous fait comprendre que les nombres amis conduisent aux nombres amis avec eux mêmes (les nombres parfaits!) et nous questionnent alors sur la compréhension des nombres parfaits qui à leur tour nous questionnent sur la structure de l’ensemble des nombres de Mersenne (finitude).
    Sur un autre plan Grothendieck a élaboré seul puis à développé la théorie des schémas en vue d’une meilleure compréhension de la géométrie algébrique ( de façon rudimentaire,dont l’objet consiste à étudier les ensembles de points d’un espace affine défini par des équations polynomiales,par exemples les coniques)
    Une retombée spectaculaire étant la démonstration d’un morceau de la conjecture de Taniyama-Shimura par Wiles qui a entrainé la démonstration du dernier théorème de Fermat!Même si sur un plan historique c’est beaucoup plus compliqué!
    Je pense que les réflexions de Grothendieck sur les mathématiques et la façon de les enseigner font écho en dualité aux réflexions de Péter sur l’enseignement des mathématiques mais cela reste à débattre!

  2. Ping : Une formation continue associant formation et initiation à la recherche (axe 2) | S&T en interférences

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.