Premières idées pour un recueil de textes commentés

 Grégory Chambon, Alain Bernard

Ce billet décrit les premières idées d’un projet qui permettra à terme de consolider et d’offrir un support pour les formations mises en place dans le cadre du projet [voir descriptif]. L’idée est de créer un espace numérique, que nous appelons ici un incubateur éditorial, permettant au moins deux types d’exploitation des textes qui seront présentés et discutés au cours des formations du projet « séries de problèmes » [1ère formation prévue début novembre]:

  • Exploitation éditoriale en vue de la rédaction de source-books, càd de recueils de textes historiques commentés à différentes niveaux (historique et épistémologique, pédagogique et didactique).
  • Exploitation pédagogique par des enseignants en activité, que ce soit dans un cadre scolaire ou universitaire : réflexions pédagogiques s’inspirant des textes mis à disposition, débouchant éventuellement sur la conception de scénarios pédagogiques.

A terme l’incubateur pourra encore être lié à / rendu compatible avec / deux autres types d’exploitation scientifique des textes :

  • exploitation scientifique en vue de la conception de nouveaux modèles éditoriaux pour les séries de problèmes
  • exploitation didactique en vue de la conception de modèles et théories didactiques appuyés aussi bien sur ces ressources textuelles que de leur exploitation effective dans un cadre d’enseignement ou de médiation.

Ce projet reprend et généralise des idées qui ont déjà été explorées de manière incomplète et à titre expérimental dans une précédente publication, la brochure « le sens des nombres » [sommaire et introduction]. Les principes du travail éditorial qui a présidé à cette publication sont explicités dans un article disponible sur hal-SHS []

Dans un premier temps, notre idée initiale serait de mettre en place trois éléments nécessaires pour mener à bien la publication d’un recueil de textes commentés :

  • un incubateur éditorial : il s’agirait d’un outil numérique souple (qui reste à définir) dont l’organisation soit déjà structurée par un premier projet éditorial destiné à évoluer en cours de travail, et qui permette de mettre à disposition (et de manière structurée) trois types de documents :(a) le projet éditorial évolutif (problématique générale de l’ouvrage projeté, problématiques propres à des sous-parties particulières)

    (b) des sources primaires accompagnées d’une traduction si besoin est.

    (c) pour chaque source :

      • des commentaires scientifiques (catégorisés) d’ordre philologique et éditorial, historique, épistémologique ou didactiques ;
      • des réflexions et scénarios pédagogiques qui s’en inspirent 
  • une équipe éditoriale dont les membres aient des rôles clairement identifiés (et non exclusifs les uns des autres) :(a) coordinateurs du projet : en charge du choix et de la structuration du projet éditorial et de la maintenance de l’incubateur, donc notamment de l’évolution du ou des problématiques du projet éditorial global. Ils s’engagent à mener la publication à bien.

    (b) collaborateurs scientifiques (expertise validée par une thèse au moins) en charge de la conception ou du contrôle de commentaires particuliers sur des textes isolés : leur participation exacte à toute publication est mentionnée.

    (c) enseignants en poste à l’école ou l’université, qui s’engagent simplement à mettre à disposition, sous forme de compte rendu lisible, les réflexions et scénarios pédagogiques inspirés des textes mis à disposition. L’utilisation des textes, même remaniés, mentionne les co-auteurs et reste dans un cadre strictement pédagogique.

    (d) étudiants en formation, inscrits dans une formation de niveau master au moins, et qui sont invités à utiliser les textes pour leur recherche et à contributuer aux commentaires scientifiques,

     

  • Une problématique éditoriale de départ. Le lien entre toutes ces catégories de contributeurs / participants est en effet le partage d’une problématique évolutive. Autrement dit la problématique doit faire l’objet de réécritures, en fonction du travail de chacun, au fur et à mesure de l’avancement du projet.

 

Collaborations scientifiques envisagées

Ce projet s’inscrit à la croisée :

  • de l’atelier numérique du labex HASTEC
  • des travaux autour de l’édition et l’exploitation numérique de sources pour l’histoire des sciences au sein du centre Koyré (axe 1) et du Centre François Viète.
  • du projet ‘sciences et techniques en interférences’ soutenu par l’UPEC. Voir le carnet de recherche « sciences et techniques en interférences » de ce projet.

A terme, nous envisageons de nous appuyer sur les outils mis à disposition par le Cléo pour l’édition numérique, dans le cadre de l’équipex DILOH

 

Remarques et questions ouvertes, à rediscuter entre les personnes intéressées au  projet.

La question du choix de l’outil numérique pertinent pour ce travail reste une question ouverte et dépendra d’une définition plus précise de notre projet éditorial. Il dépend bien sûr des infrastructures envisageables.

Qui formera le cœur de l’équipe, càd la petite équipe de « co-éditeurs » en charge de l’incubateur et de la structuration de l’équipe de collaborateurs participant à l’édition. Pour l’instant Grégory et moi sommes partants pour relancer un tel projet, une ou deux personnes supplémentaires seraient les bienvenues.

Sur le fond, le problème central de tout le projet reste celui de la légèreté d’utilisation et de la clarté de la définition des rôles possibles et envisageables :

  • quelle est la compatibilité entre l’investissement dans ce projet et les engagements professionnels ‘normaux’ de chacun ?
  • Ces rôles peuvent ils reconnus par les institutions intéressées à ce travail, et comment ?

Tous commentaires, réactions et remarques bienvenus ! Ce projet pourra par ailleurs faire l’objet d’une première discussion rapide à la réunion du 14 sept.


3 réflexions sur « Premières idées pour un recueil de textes commentés »

  1. Ping : Edition collaborative et médiation des sciences et techniques. | S&T en interférences

  2. Ping : Sciences et techniques en interférences: vue synoptique et argumentaire actualisé | S&T en interférences

  3. Ping : Une formation continue associant formation et initiation à la recherche (axe 2) | S&T en interférences

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.