Séries de problèmes

Parmi les productions écrites de cultures et d’époques très variées, il existe une catégorie qui pose des difficultés spécifiques d’interprétation. Il s’agit de textes constitués de séries de problèmes ou d’énigmes, combinant question(s) et réponse(s), et qui souvent obéissent à un format uniforme et général, énoncent des règles, des procédures explicites de solution. Pour simplifier, nous appelons de tels documents, quel que soient par ailleurs leur forme matérielle et leur mode de transmission, des « séries de problèmes ». Plusieurs facteurs cardinaux rendent ces productions particulièrement intéressantes pour l’historien :
– Elles semblent pouvoir donner lieu à des comparaisons sur une longue période. Ces séries se rencontrent en effet depuis la haute antiquité (Mésopotamie, Chine ou Egypte anciennes) et bien après le Moyen-Age.
– Leur cohérence locale est souvent délicate à reconstituer et se prête bien à une histoire culturelle.
– Leur inventaire est parfois incomplet et leur édition exige une réflexion spécifique.
– La catégorisation de ces séries constitue en soi un problème à la fois historique et méthodologique.
Si plusieurs interprétations des séries de problèmes sont généralement possibles, c’est donc d’abord parce qu’elles sont elles-mêmes, généralement, à la croisée de multiples « cultures », qu’il est nécessaire de prendre comme références pour restituer la cohérence de ces séries et comprendre leurs transformations éventuelles au cours du temps. L’objet principal du projet collaboratif « Séries de problèmes, un genre au croisement des cultures »  est donc de prendre au sérieux cette idée de « croisements de cultures », pour rendre possible et développer de nouvelles approches interprétatives de ces séries.