Séries de problèmes lettrés et ludiques

La prochaine séance de l’atelier de lecture aura lieu le jeudi 28 mai, de 10 h à 13 h, au centre Koyré, dans la salle du cinquième étage.

Nous discuterons deux dossiers de textes, que vous trouverez dans notre dossier partagé.

  • Francesca Aceto : « Jeux de mémoire : penser par série au xvᵉ siècle, entre mathématiques et arts de la mémoire »
  • Katalin Gosztonyi : « Séries de problèmes dans les manuels scolaires hongrois des années 1970 : le ludique et la combinatoire »

Au plaisir de vous retrouver.

Énigmes, questions et réponses : le sens des séries

Journée d’étude dans le cadre du projet
« Séries de problèmes, un genre au carrefour des cultures »

Énigmes, questions et réponses : le sens des séries
17 juin 2014, 10h-13h, Centre A. Koyré, 5e étage

Caroline Macé (Katholieke Universiteit Leuven), « Les “questions-et-réponses” dans la littérature grecque chrétienne : le cas du pseudo-Athanase »

La forme des erotapokriseis est utilisée dans la littérature chrétienne pour l’exégèse biblique, mais aussi pour la polémique (anti-juive notamment), pour la dogmatique, l’enseignement, etc. Pour comprendre à quoi elle sert et comment elle fonctionne, il faut comparer cette forme avec des formes connexes, comme les lettres (fictives), les apophthegmata, les kephalaia et même certains types de florilèges… Les erotapokriseis sont généralement transmises dans des collections organisées selon un principe plus ou moins clair, mais aussi sous forme isolée dans des « miscellanées » ou des florilèges. Je voudrais examiner ces questions (forme, contenu, collection, transmission) dans le cas des Quaestiones ad Antiochum ducem attribuées à Athanase d’Alexandrie.

Aurélien Berra (université Paris-Ouest), « Énigmes grecques : le sens des séries »

La plus grande partie des énigmes grecques conservées nous a été transmise dans le livre XIV de l’Anthologie grecque et le livre X des Deipnosophistes d’Athénée, ouvrage rédigé vers 200 de notre ère. Le premier corpus propose une série d’énoncés énigmatiques à peu près dépourvue de commentaire. Tout au contraire, la section d’Athénée sur les énigmes contient de nets éléments métadiscursifs. Cette caractéristique dérive en partie du choix initial du compilateur, qui exploite amplement, mais d’une façon sélective, le seul traité grec sur les énigmes dont nous connaissions l’existence : le Peri griphôn composé vers 200 avant notre ère par le péripatéticien Cléarque de Soles. Mon propos est de comparer l’organisation de ces deux séries, qui sont pour nous les vestiges d’une tradition et le témoignage d’un regard antique sur les énigmes.

Modérateurs : Alain Bernard (université Paris-Est – Créteil) et Iolanda Ventura (université d’Orléans & CNRS)