Lecture de problèmes indéterminés au Moyen-Âge arabe, « diophantiens » ou non

Le prochain atelier de lecture du projet HASTEC « séries de problèmes » aura lieu au Centre Koyré, salle de réunion du 4ème étage (400), le 8 juin 2017 à partir de 10h. La salle n’étant pas très grande, vous êtes invités à prévenir de votre venue [écrire à alain.bernard[at]u-pec.fr].

Les organisateurs de cette séance sont J. Oaks (Univ. of Indianapolis) et Jean Christianidis (Université d’Athènes, partenaire du centre Koyré).

Argument: Il s’agit de comparer le du traitement de problèmes indéterminés chez Diophante (recueil des Arithmétiques) et certains auteurs arabes tels Abu Kamil ou al Karaji, à partir d’un inventaire des problèmes indéterminés chez ces derniers. Cette journée s’appuie sur les études traditionnelle de Jacques Sesiano sur les problèmes indéterminés chez Abu Kamil (Centaurus  XXI, 1977, 89–105; qui répondait lui-même à l’étude Schub et Levey (Centaurus XIII, 1968, 91–98). Dans son article Sesiano signale que « Enfin, l’intérêt de l’ouvrage [d’Abu Kamil] est encore accru par le fait qu’il explique certaines méthodes ne se trouvant nulle part dans les dix livres connus (sur les treize originels) [des Arithmetica de Diophante] ».

Un des enjeux est donc d’étudier en quoi les problèmes dits « diophantiens », au sens qu’ils sont identifiés comme renvoyant à la traduction d’un texte antique classique, peuvent être distingués d’autres problèmes semblables mathématiquement, mais relevant d’autres traditions chez les auteurs arabes précités.

Cette séance se rattache donc à la question des traditions longues de problèmes, et de la transformation dans le temps de collections de problèmes déterminés (voir argumentaire de 2015, §2.2.4, pp.17-18).

Textes étudiés disponibles sur demande


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *