Publication d’un recueil collectif sur les séries de problèmes

Nous avons le plaisir d’annoncer la publication des actes du projet de recherche interdisciplinaire « les séries de problèmes, un genre au carrefour des cultures » soutenu et financée par le labex HASTEC depuis 2011, ainsi que par le Centre Koyré, ANHIMA, le LAMOP, l’IRHT.

Lien

Cette publication collective propose une première synthèse de nos travaux depuis le début du projet. L’article de présentation [x] donne en première partie plus de détails sur les enjeux du projet et la place qu’y tient cette publication, et nous reproduisons ci-dessous la quatrième de couverture. Un exemplaire papier de ce volume a été envoyé à chaque laboratoire membre d’HASTEC.

Alain Bernard, Centre A. Koyré

Quatrième de couverture

Le projet de recherche « les séries de problèmes, un genre au carrefour des cultures » a été développé entre 2011 et 2014 sous forme de journées d’étude organisées par le labex HASTEC (ANR-10-LABX-85). Il concerne, sans limitation quant à la culture ou la période considérée, des productions écrites qui posent des difficultés spécifiques d’interprétation et dont l’étude nécessite un croisement de perspectives disciplinaires (histoire des sciences, histoire anthropologique et culturelle, histoire du texte, humanités numériques). Il s’agit de collections de problèmes ou d’énigmes, combinant questions, problèmes, énigmes avec des réponses ou des solutions, et dont certaines suivent un principe d’ordonnancement. Ce principe peut-être le résultat d’une intentionnalité explicite des auteurs ou compilateurs de ces documents, de l’historiographie ou une construction propre à l’historien ; le plus souvent, comme nos travaux l’ont montré, il s’agit d’une combinaison des trois. Pour simplifier, nous appelons de tels documents, quelle que soit par ailleurs leur forme matérielle et leur mode de transmission, des “séries de problèmes”. Cette notion générique ne répond à aucune catégorie de textes connue, elle sert simplement, à titre heuristique, à suggérer des comparaisons possibles entre des productions semblables mais élaborées dans des contextes différents.
Ce volume réunit donc douze articles dont les auteur(e)s, tous contributeurs et contributrices au projet et au séminaire associé, expliquent comment ils ou elles comprennent cette notion et quel usage ils / elles en font dans leur recherches respectives. Si plusieurs interprétations des séries de problèmes envisagées sont généralement possibles, c’est d’abord parce qu’elles sont elles-mêmes, généralement, à la croisée de multiples “cultures”, qu’il est nécessaire de prendre comme références pour restituer la cohérence de ces séries et comprendre leurs transformations éventuelles au cours du temps. L’enjeu de ces approches est d’intégrer, autant que possible, l’ensemble généralement vaste des “types de culture” qu’il est nécessaire d’étudier pour proposer une interprétation pertinente : cultures pratiques, d’écriture, d’enseignement, d’édition, de jeux et de défis ; langue et vocabulaire employés ; catégories de la culture lettrée, universitaire ou artisanale mises en jeu, etc.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *