La forme questions-réponses pour les mathématiques publiées dans les périodiques (1665 – début du XIXe siècle). Origines et circulations

Pourquoi je rejoins le groupe ?

Avec Philippe Nabonnand et Hélène Gispert, nous avons présenté à l’ANR un projet de recherche intitulé « Circulations des mathématiques dans et par les journaux : histoire, territoires et publics », Cirmath, qui a été validé par l’agence. Pour une présentation du projet, voir le site http://cirmath.hypotheses.org. L’objectif de Cirmath est d’étudier sur le temps long et dans des aires géographiques diversifiées réunissant les principaux pays dans lesquels on peut repérer une activité mathématique significative, la circulation des mathématiques entre et dans différents territoires, mais aussi entre et dans divers milieux (académiques, enseignants, ingénieurs, militaires, amateurs…). Les principales sources de ce projet d’histoire des mathématiques seront les périodiques mathématiques entendus dans un sens large, incluant tant les journaux spécialisés en mathématiques que des revues publiant régulièrement des mathématiques.

La définition large et très ouverte des périodiques mathématiques permettra de tenir compte non seulement des périodiques savants du 18e siècle, qui publient des mathématiques ou en parlent, mais aussi des nombreux journaux qui contiennent des mathématiques sans s’adresser exclusivement aux mathématiciens au sens strict, mais aussi à leurs apprentis et leurs utilisateurs ou aux simples curieux.

Le projet Cirmath s’appuiera sur une base de données des journaux mathématiques qu’il élaborera et à partir de laquelle il produira des résultats statistiques et des cartes géographiques avec les principaux centres éditoriaux. La notion de centre éditorial sera au cœur de l’analyse puisqu’elle permet à la fois de rendre compte de la production matérielle des périodiques (imprimeurs, libraires, éditeurs) que des contextes scientifiques et académiques (lieux d’enseignements, sociétés savantes et professionnelles, milieux intéressés par des mathématiques…). Des études de cas seront consacrées à des centres éditoriaux choisis à partir de l’analyse des cartes ainsi qu’à la circulation mathématique observée à des échelles différentes (locales, régionales et nationales, internationales). En particulier, on s’attachera à étudier la circulation de sujets mathématiques parmi les journaux, les communautés et les disciplines (à travers les reprises, traductions, etc). Seront également abordées les questions concernant les rapports entre les journaux et leurs publics, notamment pour la catégorie des journaux spécialisés en mathématiques ou ayant « mathématiques » dans leur titre, mais aussi pour celle des journaux destinés à des publics d’utilisateurs comme les ingénieurs, les militaires et les enseignants. Enfin, des études centrées sur les différentes formes périodiques, la structure des journaux, leurs rubriques, la typographie, les publicités, la bibliographie, les index… rendront compte de ce qu’un journal mathématique est aussi un objet matériel inscrit dans le champ de l’édition.

La forme des questions-réponses mise en évidence

Les travaux préliminaires ont établi l’importance d’une forme journalistique particulière : les questions-réponses que l’on retrouve dans nombre de journaux publiant des mathématiques, du 17e au 20e siècle, et dont nous analyserons les circulations sur la longue durée. Il sera pertinent d’analyser les enjeux de cette forme pour les divers milieux : journalistes, éditeurs-libraires, publics, etc.

Dans le cadre du projet « Séries de problèmes », je m’intéresserai plus particulièrement aux origines de cette forme et m’interrogerai sur ses liens éventuels avec la tradition des divertissements mathématiques, dont les recueils de Bachet de Méziriac ou d’Ozanam sont emblématiques pour le 17e siècle – et au-delà avec celle des séries d’énigmes dont je sais qu’elles sont étudiées dans le groupe (par Stéphane Lamassé, Aurélien Berra et Iolanda Ventura notamment).

Les premiers journaux  entièrement ou partiellement consacrés aux mathématiques, apparus dès le début du 18e siècle, ont souvent adopté cette forme très particulière de questions adressées à des lecteurs qui étaient appelés à les résoudre et qui en renvoyaient des réponses. Formulées d’abord en vers latins ou grecs, puis la plupart du temps en vernaculaire et mélangées à des énigmes non mathématiques, des charades et autres divertissements, ces questions-réponses se sont progressivement restreintes aux mathématiques (Perl, Despeaux). L’exemple emblématique d’un tel journal est le Ladies’ Diary, créé en 1704, qui a connu un succès populaire et commercial notable, puisqu’il n’a disparu qu’en 1840. D’autres titres ont suivi, surtout en Angleterre : Gentleman’s Diary (1741-1840), Miscellanea curiosa mathematica (1745-1753), Mathematician (1745-1750), Mathematical Repository (1795-1835), etc. John Playfair y voyait d’ailleurs, en 1808, un phénomène typiquement britannique.

Cette forme associe étroitement les lecteurs à la production du journal, puisque celui-ci publie leurs réponses et/ou des listes de contributeurs.  Ce qui peut expliquer le succès de ces périodiques qui fidélisaient ainsi leurs publics. L’approche mise en œuvre dans le projet Cirmath insiste fortement sur la prise en compte, dans l’étude des journaux de mathématiques, de l’horizon de réception par les publics. C’est une des composantes du succès d’un périodique, indépendamment de la qualité de son contenu mathématique (souvent d’ailleurs évalué a posteriori par les historiens des mathématiques).

Au 19e siècle, les premiers journaux considérés comme « spécialisés » en mathématiques par l’historiographie traditionnelle, ont repris cette forme des questions-réponses qui a la particularité d’associer étroitement les lecteurs à la production des journaux et de favoriser l’échange mathématique.  C’est notamment le cas des Annales de Gergonne (Gerini) et des Nouvelles Annales mathématiques, périodique qui fera l’objet d’une monographie dans le cadre de Cirmath. Cette forme aurait ainsi pu jouer un rôle dans la création des premiers journaux spécialisés en mathématiques, qu’ils s’adressent à un public de professionnels ou de simples curieux. L’enjeu est de taille, puisque la spécialisation des journaux, en mathématiques, ne serait plus liée à la professionnalisation souvent évoquée pour expliquer ce phénomène.

Questions à étudier dans le cadre du projet « Séries de problèmes »

Si un des enjeux de Cirmath est de mieux comprendre le phénomène de spécialisation des journaux en tenant notamment compte de leurs publics, il me semble intéressant de mettre cet aspect également en lumière dans le cadre du projet « séries de problèmes ».  Étudier la constitution de communautés de lecteurs qui répondent aux questions qui leur sont proposées, c’est aussi étudier l’émergence et la dynamique d’un champ auxquels ces communautés participent activement.

Au jour d’aujourd’hui, je formulerai comme suit les questions que je souhaite plus spécifiquement travailler dans le cadre du projet  « Séries de problèmes » :

• La forme des questions-réponses très présente dans les journaux publiant des mathématiques peut-elle être considérée comme une survivance de la tradition des énigmes ? Une enquête sera à mener afin de déterminer si les questions proposées s’inspirent des énigmes traditionnelles.

• Quand, où et dans quels contextes, les questions mathématiques publiées dans les journaux s’autonomisent-elles, au détriment d’autres types de questions ? Qu’en est-il de la formulation en vernaculaire ?

• Ce phénomène est-il typiquement britannique comme John Playfair l’a énoncé au tout début du 19e siècle ?

• Cette forme journalistique est-elle, au 19e siècle, liée à des situations d’apprentissage ? Est-elle propre aux journaux dits intermédiaires qui s’adressent notamment aux apprentis de mathématiques et aux curieux ? Est-elle aussi présente dans les journaux mathématiques qui s’adressent à des milieux professionnels plus spécialisés ?

• Cette forme permet aux journaux d’établir un lien particulier avec ses lecteurs. Les questions et les réponses sont-elles signées ou publiées à titre anonyme ? Quelles sont les fonctions des listes de contributeurs publiées ?

• Cette forme est-elle une spécificité des journaux de mathématiques (au sens large) ? Elle favorise l’échange autour de problèmes et l’interaction entre auteurs, mais elle correspond aussi à l’aspect agonique des mathématiques très prégnant dans l’image publique que les journaux savants du 18e siècle ont construite des mathématiques ?

Dans un premier temps et en accord avec le programme établi par le groupe, je pourrais sélectionner une série de questions publiées dans un journal savant du 18e siècle, en déterminer les provenances et les reprises postérieures, circonscrire le type de lecteur qui y répond, et éditer, dans le cadre du volume collectif projeté, la série avec ses reprises. Les changements qui s’y feraient jour et leur interprétation pourraient faire l’objet d’un commentaire.


Jeanne PEIFFER

Directrice de recherche émérite au CNRS, historienne des mathématiques, je travaille actuellement sur les circulations mathématiques au 18e siècle.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *