Séries de problèmes commentées: autour de l’incubateur éditorial

Ce billet complète un billet [x] décrivant un 1er préprojet pour un recueil de textes commentés autour du thème des séries de problèmes, suite à une discussion avec les responsables de la plateforme numérique du Centre Koyré, Marc Renneville et Sophie Victorien, ainsi qu’avec d’autres collègues s’occupant d’édition en ligne au centre (Christine Blondel, Philippe Pons). Merci encore aux collègues en question pour leurs bons conseils!!

Le billet livre les conclusions que Grégory et moi-même avons tirées de cette discussion et des suggestions des collègues, et intéressera tout particulièrement les membres du projet SdP qui s’intéressent aux aspects éditoriaux et tout particulièrement à l’édition numérique (Aurélien, Caroline, Stéphane notamment). Ces réflexions sont en outre à la base d’une nouvelle version du préprojet soumise à l’ensemble des contributeurs du projet « séries de problèmes ». [x]

Tous les commentaires et réactions sont bienvenus!

Alain B.

1. Les orientations possibles concernant l’objectif éditorial, suivant le type d’édition et d’éditeur visés.

  • édition papier classique, passant par un éditeur ‘commercial’ classique, et dans ce cas les documents doivent garder un certain degré de confidentialité pendant toute la préparation.
  • édition (entièrement) numérique et en accès libre: dans ce cas les textes sont tout de suite à disposition, l’échéance n’est pas celle d’une édition classique, mais la date de mise en ligne complète de parties répondant à un cahier des charges qui doit être défini rigoureusement.
  • solution mixte, édition à la fois papier et numérique, ce qui suppose de trouver pour cela un éditeur ayant des pratiques ‘avancées’ (comme les presses universitaires de Caen [x] par exemple).

Les collègues conseillent de partir au départ sur une édition numérique avec un support très simple et existant, voir point suivant.

2. Faut-il développer un outil spécifique, ou bien s’appuyer sur de l’existant?

Les critères essentiels sont le volume de textes à mettre en ligne, et la pérennité du projet. Pour un ensemble peu volumineux comme l’est un recueil d’extraits commentés, et un projet dont la pérennité n’est pas assurée au-delà de deux ans, le conseil est de ne pas s’embarquer sur des choses trop complexes, mais de s’appuyer sur de l’existant. Dans un second temps, si le travail collectif doit se continuer et s’amplifier au delà de 2016, il sera toujours bien temps de passer à un projet plus ambitieux.

Concrètement, Marc et Sophie suggèrent de s’appuyer au départ sur trois outils complémentaires, simples d’utilisation et qui présentent l’avantage de relever d’institutions publiques et fiables:

  • les carnets de recherche pour la publication des textes (en s’appuyant sur hypotheses.org)
  • un système de dossiers partagés, équivalent de dropbox mais géré par une institution publique
  • une liste de diffusion garantissant l’archivage pérenne des échanges autour du projet

Pour les deux derniers items, Huma-num peut fournir les moyens techniques nécessaires.

Un critère important de choix des outils reste, dans tous les cas et outre la question de la pérennité des données, la familiarité qu’ont déjà les collaborateurs du projet avec ces outils de mutualisation et de publication de documents.

3. La présentation concrète des textes édités, traduits et commentés

Une question est de décider d’un modèle raisonnablement uniforme pour la présentation des textes. Le modèle suivi pour le volume « le sens des nombres » [x] était celui d’un texte de présentation (valant commentaire historique et épistémologique), suivi d’une transcription éventuelle puis d’une traduction, puis d’un « commentaire pédagogique ».

Il existe cependant des formes plus « avancées » de commentaires, utilisant des moyens d’éditions modernes (type encodage en TEI pour le texte) ainsi que des outils dédiés à l’annotations (type pundit par exemple). L’inconvénient est que ce modèle éditorial est bien plus complexe à développer et que certaines des outils (notamment d’annotation) ne sont pas encore standardisés. Il en résulte ainsi d’où deux modèles possibles, qui paraissent complémentaires:

  • un modèle simple et robuste où les textes sont mis en ligne selon le même modèle, très simple (présentation + texte et traduction + commentaire d’enseignants, le tout suivant un modèle très simple)
  • un modèle facultatif et plus « expérimental » où la forme du commentaire soit laissée au choix de chaque auteur, suivant le souhait et l’expertise de ce dernier.

L’idée de développer pour certains textes des expérimentations éditoriales revient à une idée suggérée il y a quelques années par Aurélien lors d’une des réunions de « l’atelier numérique » d’HASTEC: le labex pourrait être le lieu d’une expérimentation de « perles éditoriales », des essais sur des corpus très limités et ne demandant pas un investissement énorme.

Cette perspective est d’autant plus intéressante dans notre cas que, dans bien des cas, nous ne sommes pas dans une problématique de simple transcription d’un texte en langue moderne, mais dans des traductions de langues anciennes (grec, latin, sumérien, assyrien..) qu’il est préférable de mettre en vis-à-vis des originaux.

4. Des modèles de visualisation des textes (notamment dans le cas d’un mode d’édition et d’annotation sophistiqué, cf. ci-dessus)

Dans le cas où on s’oriente, notamment pour certains des textes édités, vers des modes d’édition et de visualisation appropriées, il est utile de regarder l’existant. Voici quelques pistes fournies par différents collègues:


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *