Géométries en problèmes : géodésie antique et géométries ‘pratiques’ médiévales

Journée d’étude dans le cadre du projet

« Séries de problèmes, un genre au carrefour des cultures »

Vendredi 19 septembre 2014, 9h30-13h, Centre A. Koyré, 5ème étage

 

Bernard Vitrac (AnHiMA, UMR 8210 CNRS, Paris), « Collections et séries de problèmes métrologiques dans le corpus héronien et pseudo-héronien ».

Pour quelques Anciens (surtout philosophes), la géodésie désigne le savoir mathématique impliqué dans les mesures des distances, des terrains et des constructions. En relève aussi la « pratique des divisions » (figures, terrains, objets …). Elle est conçue soit comme l’origine (historique et pratique) de la géométrie, soit comme l’application et la mise en œuvre de cette science. Dans la sphère écrite, elle est pour l’essentiel représentée par des recueils de problèmes dont la finalité apparente est plutôt didactique.

Après avoir rappelé les opérations de délimitation qui définissent mon corpus d’étude, puis précisé et exemplifié ce que j’entends par « problème métrologique », j’examinerai s’il est possible d’introduire dans ce cadre une distinction (pertinente ?) entre « collections » et « séries ».

 

Marc Moyon (CAK, FRED EA 6311, Université de Limoges), « Comprendre les géométries de la mesure du Moyen Âge : quelle place pour les « séries de problèmes » ? »

En partie héritière des problèmes métrologiques antiques, la géométrie de la mesure médiévale se construit en Pays d’Islam puis dans le monde latin à la fois sur des bases géométriques, algorithmiques et algébriques. Le corpus que nous avons à notre disposition en arabe et en latin est essentiellement constitué de recueils de problèmes dont la pertinence peut être questionnée entre compilations réalisées au gré des documents disponibles ou bien successions de problèmes ordonnés en « série » dont il s’agit de comprendre la logique.

Je présenterai d’abord les textes de ce corpus, afin de dégager certaines de leurs principales caractéristiques textuelles. Il s’agira ensuite de montrer, à partir d’exemples concrets, les éléments qui me permettent d’émettre des hypothèses sur le projet éditorial de l’auteur, du traducteur ou du « compilateur » en fonction des textes.

Discutante: Caroline Macé, Katholieke Universiteit Leuven.


Une réflexion au sujet de « Géométries en problèmes : géodésie antique et géométries ‘pratiques’ médiévales »

  1. Ping : — heSam Université et le programme Paris Nouveaux Mondes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *