Séries de problèmes commentées – préprojet (2)

Ce billet est le second d’une série de deux exposant un projet d’édition de textes commentés lié au projet « séries de problèmes », l’édition étant elle-même conçu sur un modèle collaboratif appuyé sur un espace numérique adapté à ce type d’entreprise éditoriale.

Ce projet reprend des réflexions déjà initiées en 2012 et qui sont résumées dans le premier billet [x]. Ce dernier récapitule également les raisons pour lesquelles ce projet initial doit aujourd’hui évoluer.

Ces billets appellent réaction de la part des collègues potentiellement concernés et/ou intéressés: cet échange préliminaire est destiné à préparer un projet plus détaillé et mieux assis scientifiquement et techniquement, appuyé sur les avis et conseils de collègues compétents1 . Le projet doit revu et finalisé dans les semaines qui viennent, donnera lieu à une demande auprès d’HASTEC2 et de plusieurs laboratoires associés.

Ce billet comprend deux parties, la première décrit un schéma général du projet, la seconde en donne le détail.

1. Cadre général du projet actualisé.

Le projet de publication d’un recueil de textes commentés qu’il s’agit de mettre en chantier, dans le cadre du labex HASTEC, pour les deux prochaines années à venir, associe:

  1. un objectif éditorial défini: la publication d’un recueil de textes historiques ayant la forme de séries de problèmes, recueil dont soient prédéfinies la structure et, avec les participants:
    1. la thématique principale et les thèmes des grandes parties envisagées
    2. la date d’échéance globabe, et les dates d’échéance de chaque partie.
  2. un collectif de participants engagés dans le projet, ce qui implique:
    1. la définition des rôles précis de ces participants, et de la reconnaissance de ces rôles dans le produit final
    2. des règles de fonctionnement convenues entre eux, notamment pour le choix des textes et l’écriture des commentaires, plus la validation de ces derniers, de manière individuelle ou collaborative.
  3. un incubateur éditorial, c’est-à-dire un outil numérique adapté au processus éditorial et répondant à deux contraintes principales:
    1. permettre, dans toute la phase de préparation du recueil, la circulation des textes entre les participants, qu’il s’agisse des textes choisis, de leur modélisation, des différents types de commentaires attendus, ainsi que des textes introductifs qui doivent structurer l’ensemble.
    2. rester compatible avec les outils développés ou utilisés en lien aux autres activités des participants: travaux de recherche fondamentale sur les textes étudiés (éditions et études, notamment sur support numérique), forums et plateformes associées aux autres activités professionnelles des participants (notamment les enseignants, formateurs, et médiateurs).

2. Détail du projet. 

1. Objectif: 1A thématiques; 1B dates d’échéance
2. Participants: 2A rôles et reconnaissance; 2B règles de fonctionnement
3. L’incubateur: 3A circulation et publicité des textes; 3B comptabilité.

1. Objectif éditorial

1A. thématique principale et thématiques secondaires: la structure globale est celle du livre « le sens des nombres », à savoir une structure à trois étages:

  • niveau 1  [thème principal] – une introduction générale, à charge des éditeurs / éditrices principaux, explique la problématique générale de l’ouvrage, son mode de lecture, l’intérêt qu’il présente vis-à-vis de différentes catégories de lecteurs.
  • niveau 2 [sous-thèmes] – une introduction partielle pour chaque partie prévue, à la charge co-éditeurs responsable de la partie en question, est rédigée et précise le lien entre le sous-thème et la problématique principale, et présente le dossier documentaire réuni.
  • niveau 3 [textes commentés] – des commentaires pour chaque extrait ou groupe d’extraits choisis, à charge  d’auteurs particuliers et/ou de collectifs d’auteurs; Ces commentaires sont doubles (a) commentaires historiques et épistémologiques (experts), (b) commentaires de lecteurs enseignants. Les textes eux-mêmes (éditions, traductions) sont construits et validés de manière experte.

Le point crucial est que l’ensemble de ces introductions, commentaires et textes, forment un tout cohérent; cette cohérence est obtenue de deux manières, qui forment comme le « cahier des charges » du volume: (a) garder à leur rédaction un caractère évolutif, et (b) en organisant le travail d’écriture, de sorte que les relectures et contributions aillent dans les deux sens: si les rédacteurs de niveau 1 ou 2 relisent et valident les niveaux 2 ou 3, les rédacteurs de niveau 2 ou 3 sont invités à collaborer à titre de co-auteurs aux niveaux 1 ou 2 (voir le détail dans le § règles de fonctionnement).

L’arbre éditorial, c’est-à-dire l’ensemble des introductions (générale et partielle) et des commentaires reflète et prolonge structurellement le projet scientifique « séries de problèmes » et cette structure arborescente est préfigurée dans la structure de la publication prévue en 2014.3 Cet arbre éditorial’  est donc aussi la matrice possible de travaux de recherches ou d’autres publications: son intérêt dépasse celui d’être une simple introduction aux textes choisis.

L’arbre éditorial prévu en 2012 est rappelé dans le billet n°1 [x].

 

1B. Dates d’échéances.

La date d’échéance globale d’un premier travail finalisé et de volume raisonnable (c’est-à-dire suffisamment court pour être lisible ou consultable dans un temps raisonnable), doit être fixée en commun par l’équipe d’éditeurs et de co-éditeurs. Nous proposons deux ans, soit l’automne 2016 pour ce premier délivrable.

L’échéance de chaque partie dépend de la disponibilité de chaque co-éditeur en charge d’une partie, et de celle des auteurs et contributeurs qu’elle entend impliquer. Elle doit être compatible avec les séances du séminaire de lecture associé au projet, prévues pour présenter le travail accompli sur chaque partie (voir plus bas, organisation).

2. Le collectif de participants

2A. définition et reconnaissance de leurs rôles

La cohérence de l’équipe éditoriale, c’est-à-dire de l’ensemble de l’équipe collaborant à l’ouvrage à un niveau ou un autre, repose sur une définition et une reconnaissance explicite de ces rôles. Ces rôles sont évidemment non exclusifs les uns des autres.4

(a) éditeurs principaux : ils proposent et structurent le projet éditorial initial, sont garants de l’évolution et de la cohérence de la problématique de l’ouvrage, du fonctionnement de l’équipe éditoriale stricte (réunissant les co-éditeurs) et étendue (réunissant tous les collaborateurs de l’ouvrage). Ils s’engagent à mener la publication à bien (gestion des demandes financières, calendrier du séminaires compagnon, coordination avec l’équipe éditoriale, support technique et circulation de l’information). Ils sont reconnus comme éditeurs principaux et comme auteurs principaux de l’introduction générale.

(b) co-éditeurs: ils sont responsables d’une sous-thématique de l’ouvrage. A ce titre ils rédigent et valident l’introduction de la sous-partie concernée, en cohérence avec la problématique générale (participation à l’équipe éditoriale stricte); ils réunissent et coordonnent les collaborateurs scientifiques ou professionnels en charge du choix des textes et de la conception des commentaires; ils présentent dans le séminaire de lecture associé l’état d’avancement de leur partie. Ils sont reconnus comme co-éditeurs de l’ouvrage et auteurs principaux de l’introduction de la partie qui les concerne.

(c) auteurs principaux des commentaires experts:  en collaboration avec les éditeurs et co-éditeurs, ils choisissent les textes et extraits de textes historiques qui composent l’ouvrage, en élaborent et valident un commentaire expert avec la coopération éventuelle de co-auteurs, et qui reste cohérent avec les problématiques générale et partielles de l’ouvrage. Ils sont reconnus comme éditeurs et traducteurs scientifiques des textes et comme auteurs principaux de ces commentaires experts.

(d) auteurs principaux des commentaires de lecteurs: en collaboration avec les éditeurs et co-éditeurs, ils coordonnent l’ensemble des commentaires renvoyant à une expérience de lecture des textes choisis, en lien notamment aux développement d’expérience d’enseignement ou de médiation culturelle. Ils veillent à ce que le commentaire soit cohérent avec la problématique de l’ouvrage. Ils élaborent et valident un commentaire avec la coopération des co-auteurs concernés. Ils sont reconnus comme auteurs principaux de ces commentaires de lecteurs.

(e) co-auteurs: sollicités par les éditeurs, co-éditeurs ou les deux types d’auteurs principaux, ils collaborent au choix des textes et aux commentaires, qu’ils historiques et épistémologiques, ou de lecteurs. Ils proposent selon le cas, des éléments de contenu, des modifications, des relectures et critiques expertes ou au contraire ‘naïves’. En accord avec les éditeurs et auteurs, leur nom est mentionné comme co-auteur des textes auxquels ils ont collaboré.5

HORS EDITION = (f) collaborateurs associés: en lien avec le caractère de comptabilité du recueil avec d’autres projets scientifiques, culturels ou pédagogiques, des collègues peuvent publier sous leur propre autorité des billets de blogs, carnets de recherches, forums, etc. en lien au projet. Si ces contributions ne ressortent pas de la responsabilité éditoriale de l’ouvrage, des liens spécifiques (donc reconnaissables comme tels) peuvent être faits vers ces contributions. Le mode et les conditions d’exploitation possible des textes édités, leur est précisé.

2B. règles de fonctionnement pour l’écriture, la validation des introductions et commentaires, et la communication des textes édités.

(a) écriture et validation des introductions et commentaires.

L’écriture est préférentiellement collaborative, de manière à garantir le caractère évolutif et adapté des introductions et commentaires, au contenu de l’ouvrage et aux contributions successives qui le nourriront. Néanmoins et pour tenir compte des habitudes d’écriture et de collaboration de chacun, chaque texte est placé, pour le produit final comme pour l’élaboration, sous l’autorité principale de son auteur et signataire principal. C’est donc lui qui décide du mode de travail qui lui convient:

  • le degré de collaboration qu’il attend ou permet, pour l’écriture du texte
  • le contenu et de l’état final du texte
  • les co-auteurs qu’il invite à contribuer au texte à un titre ou un autre.
  • le degré de publicité qui est donnée aux textes et commentaires, en fonction de l’avancement de leur préparation.

Les seules contraintes sont de veiller à la cohérence des textes avec l’ensemble de l’ouvrage, et de rendre explicite à tous les règles de fonctionnement décidées.

(b) publicité à donner aux textes

Là aussi, le degré de publicité à donner aux textes, traductions et commentaires qu’il est prévu d’éditer est laissé à la décision des auteurs, qui s’appuient pour cela sur l’avis des éditeurs et co-éditeurs. S’il est souhaitable qu’ils soient rendus accessibles tôt à un minimum de collaborateurs, une diffusion trop précoce et qui pourrait conduire à la diffusion de versions erronées doit être évité. Un compromis peut être trouvé en explicitant, au cas par cas, un échéancier explicite pour la publication définitive ou partielle des documents.

(c) séminaire et groupes de lecture associés

L’élaboration du cœur de l’ouvrage (cf. ‘projet éditorial’) est lié à un séminaire de lecture qui prolonge le séminaire « séries des problèmes » des années 2011-2014. A raison de quatre séances par an environ, il vise à chaque séance à présenter l’avancement d’une des parties de l’ouvrage, la structure et le contenu des commentaires, les textes commentés.

L’élaboration des commentaires enseignants est liée à l’existence de groupes dédiés, dont l’organisation est laissée à l’initiative des responsables éditoriaux de chaque partie [exemple]. Les règles de fonctionnement et le statut des participants  (en lien aux rôles précisés ci-dessus) sont précisés clairement.

3. L’incubateur éditorial

Cette partie précise une sorte de cahier des charges de l’outil numérique attendu, compte tenu de la structure attendue de l’ouvrage (§1) et du fonctionnement collégial envisagé (§2).

3A. pour la circulation des textes au sein du collectif et vis-à-vis du public, l’outil doit offrir les possibilités suivantes:

  • attribution de rôles éditoriaux compatibles avec l’organisation proposée ci-dessus
  • outils d’écriture collaborative ou moyens d’intégrer, de manière externalisée, de tels outils
  • outils de publicisation des textes et commentaires choisis ou élaborés, à un degré qui soit paramétrable
  • structuration des textes mis en ligne d’une manière qui soit compatible avec la structure attendue de l’ouvrage
  • outil de messagerie pour la diffusion des informations relatives au projet

3B. pour la compatibilité avec d’autres activités scientifiques ou pédagogiques en ligne, l’outil devrait:

  • être potentiellement compatible avec des outils et standards pour l’édition scientifique en ligne
  • être compatible avec les outils de communication et de publicisation utilisés par les collaborateurs du projet, y compris les collaborateurs extérieurs (catégorie f ci-dessus)

 

  1. responsables d’ateliers numériques au niveau des laboratoires (Centre Koyré, LAMOP, AHNIMA, HT2S notamment) ou du labex HASTEC lui-même []
  2. les demandes pour des opérations HASTEC en 2015 doivent être finalisées pour le 6 octobre prochain []
  3. A l’inverse, les textes publiés à cette occasion pourront servir de point d’appui et de référence pour alimenter les commentaires. []
  4. on peut par exemple éditer l’ouvrage entier, et éditer une sous-partie, ou bien éditer une sous-partie, et choisir puis commenter un texte particulier []
  5. cette catégorie comprend ou peut comprendre, notamment, des enseignants en poste dans l’enseignement secondaire et universitaire et qui souhaitent faire part des réflexions tirées de la lecture ou de l’exploitation de ces textes; ou encore des étudiants inscrits en master et dont le sujet de recherche est lié à la thématique de l’ouvrage []

Une réflexion au sujet de « Séries de problèmes commentées – préprojet (2) »

  1. Ping : Edition collaborative et médiation des sciences et techniques – ex post | S&T en interférences

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *